Offboarding ?

On parle de plus en plus de onboarding (ou “onbording” version française ; ) ). Mais on parle encore peu de son pendant naturel, le offboarding ou “offbording”.

Au delà du plaisir d’intégrer toujours plus de néologismes anglophones dans notre langue, en mode “buzzwords”, il y a un vrai concept derrière ce terme !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20180704_082115-1024x768.jpg.

Alors de quoi s’agit-il ? Il s’agit de considérer que le processus de sortie d’une entreprise est à élaborer de manière professionnelle et humaine. Les deux parties, employeur comme employé, ont intérêt à ce que cette séparation se passe au mieux.

Revenons un instant sur la notion de onboarding, dont on parle tant depuis quelques années. Penser onboarding, c’est ne plus considérer que l’arrivée d’un nouveau collaborateur va de soi et qu’il va rapidement trouver sa place tout seul comme un grand. C’est mettre en place un processus d’intégration optimisé, qui va de la visite des bureaux à la présentation à l’équipe, puis à la prise de poste effective, en passant par la découverte des valeurs de l’entreprise et les recommandations des meilleurs restos des environs, le tout en étant bien accompagné.

L’idée est que, en prenant le temps de faire les choses bien, le nouveau collaborateur sera plus rapidement à l’aise, qu’il intègrera mieux les valeurs et la mission de la structure, et en définitive sera plus loyal et plus efficace.

Hé bien, le offboarding, c’est pareil mais à la sortie !

Soyons lucides, tous les collaborateurs quitteront le navire un jour ou l’autre, soit de manière voulue (démission, demande de rupture conventionnelle, évolution vers un nouveau poste…), soit de manière non voulue (licenciement, plan de départ, suppression du poste ou de la filiale, dépôt de bilan…). Ou encore parce que l’heure est arrivée comme lors d’un départ à la retraite.

Ce ne sont jamais des moments faciles, il y a beaucoup d’émotionnel en plus des contingences matérielles comme la transmission des dossiers.

man hands love people

Alors bien sûr, de nombreuses dispositions existent déjà au niveau légal, mais aussi dans les habitudes des entreprises. Il y a l’entretien préalable, les documents à signer, mais aussi souvent la possibilité de réaliser un bilan de compétence, et le fameux pot de départ.

Mais comme on le sait tous… Le coeur du sujet est ailleurs !

Passer du licenciement à l’offboarding ?

Penser offboarding, c’est déjà affirmer que l’entreprise prend soin de ses collaborateurs jusqu’au bout. Concrètement, ça commence par la volonté d’harmoniser tous les éléments du départ pour créer un parcours de sortie structuré, agréable autant que possible pour toutes les parties prenantes. Et enfin, et là on est vraiment au coeur de la questions, c’est comment amener de l’humain et du bienveillant dans un moment qui peut être compliqué !

En effet, l’employeur a beau tout mettre en oeuvre, il est très courant que la personne qui quitte le navire ressente plusieurs émotions compliquées comme :

  • de la culpabilité de n’avoir peut être pas été à la hauteur ou de “laisser tomber” son équipe,
  • de la rancoeur vis à vis des dirigeants et de la RH,
  • de la peur face à la suite,
  • de la tristesse de devoir quitter un emploi qu’ils aimaient,
  • un sentiment d’injustice par rapport à d’autres qui ont pu rester ou évoluer autrement.

Et le manager, ainsi que le RH mais aussi les collaborateurs, sont souvent à court de temps et/ou d’outils pour gérer ces émotions. La personne qui s’en va peut alors se sentir abandonnée, malgré tous les efforts matériels déployés.

Hors les murs, un temps d’apaisement et de recul

Comme Human Tempo est spécialisé dans l’accompagnement des moments complexes de la vie professionnelle, nous avons mis au point un programme spécifique d’accompagnement des personnes lors de leur départ de l’entreprise. Il s’agit justement de leur proposer un temps de césure, hors les murs, pour pouvoir prendre du recul et gérer la dimension émotionnelle de la rupture.

person on a bridge near a lake

Cette césure, que nous avons appelée Change, peut être proposée aux collaborateurs qui :

  • choisissent par eux-même de quitter l’entreprise
  • apprennent que leur poste est supprimé et qu’ils seront licenciés ou réorientés
  • A qui un plan de départ volontaire est proposé
  • sont licenciés
  • clairement, bénéficieraient à évoluer en dehors de leur poste actuel

Venir quelques jours à la campagne, couper avec son quotidien, se retrouver avec d’autres qui traversent aussi ce grand changement dans leur vie, c’est vraiment essentiel pour digérer la sortie et booster son estime de soi. Et se sentir en pleine possession de ses moyens pour rebondir !

%d blogueurs aiment cette page :